Menu

Les dernières Actualités
Mon dernier Tweet
Communiqué de presse

Le Gouvernement valide la dernière version du décret paysage : nouvelle offre d’enseignement et meilleure accessibilité, simplification, transparence et amélioration de l’organisation des études

Le décret Paysage est une législation ambitieuse et progressiste qui place l’étudiant au cœur de son projet, dans une philosophie d’inclusion et d’universalité. Adopté en 2013, au terme d’une démarche participative sans précédent, ce décret peut compter sur l’attention permanente que lui réserve son comité de suivi et l’ARES, instances permanentes  qui relayent et centralisent les remarques et les demandes formulées par les acteurs de terrain.

Ce vendredi 12 avril, le Gouvernement de la Fédération Wallonie Bruxelles a validé le projet de décret qui, sur base des propositions des acteurs, améliore le décret Paysage. Il entérine une série de  mesures et d’aménagements qui, cinq ans après l’entrée en vigueur de la réforme, permettront d’alléger le travail des équipes éducatives et de garantir la qualité de notre enseignement supérieur.

 

Simplification administrative à tous les étages

Tout d’abord, le texte se veut être une réponse forte en termes de simplification administrative, de transparence et de bonne gouvernance. Conscient des difficultés rencontrées ces dernières années dans la mise en pratique de la réforme, le Vice-Président du Gouvernement et Ministre de l’Enseignement supérieur, Jean-Claude MACOURT, a souhaité clarifier et simplifier les procédures liées à la réforme du Paysage : «  Nous avons dégager les moyens nécessaires pour permettre aux établissements de recruter des conseillers et conseillères académiques. Plus de 100 personnes ont été recrutées pour, notamment élaborer les programmes des étudiant·e·s et soulager les services administratifs.  J’ai souhaité amplifier cette dynamique en plaçant la simplification administrative comme axe transversal de ces nouvelles mesures. »

 

Nouvelle offre d’enseignement

Ce sont 37 nouvelles habilitations d’études qui sont aujourd’hui validées par le Gouvernement dont 27 pour des formations inédites. La dizaine restante concerne des cursus qui existent déjà et seront proposées sur une nouvelle implantation. Le Ministre Jean-Claude MARCOURT se réjouit de cette nouvelle offre multidisciplinaire innovante qui répond aux demandes des acteurs de l’enseignement supérieur et qui s’ariment à des enjeux de société majeur tels que de nouvelles offres d’enseignement dans des secteurs en pénurie de main d’œuvre : « Nous sommes attachés à l’importance de la formation et à sa qualité. Cette nouvelle offre d’enseignement est un pari sur l’avenir, une réponse aux évolutions de notre société et aux nouveaux savoirs qui y sont liés. Il faut saluer le dynamisme de nos institutions d’enseignement supérieur et leur souci de répondre à ces nouveaux besoins sociétaux ».

 

Parmi les nouvelles formations figure notamment un master en danse, toute première formation diplômante dans ce domaine en Fédération Wallonie-Bruxelles. Il sera organisé par La Cambre, l’Institut supérieur des arts (Insas), l’Université libre de Bruxelles (ULB) et le Conservatoire royal de Bruxelles. Les décisions du Governement concernent aussi l’offre en alternance : un bachelier professionnalisant en génie électrique sera organisé dans l’arrondissement de Charleroi par la haute école Louvain en Hainaut (HELHa) et la haute école provinciale de Hainaut-Concordet (HEPHC).

 

L’organisation des études et l’accessibilité améliorées

Des mesures fortes visant à inciter des étudiants à débuter ou à poursuivre des études dans l’enseignement supérieur comme par exemple la suppression de l’examen de la maîtrise de la langue française (en dehors des filières pédagogiques) qui était considéré comme un filtre à l’accès aux études pour certain·es étudiant·es. Une autre amélioration touche également à l’accès aux études de bachelier de spécialisation. Ce dernier était conditionné à l’obtention d’un diplôme de bachelier de type court du même domaine ; il est dorénavant étendu aux autres domaines mais également aux masters selon une liste qui sera définie et tenue à jour. Enfin, on peut souligner la possibilité de faire, dorénavant, des bacheliers en anglais. Cela permettra d’une part d’accueillir un plus large public mais aussi de mieux positionner encore nos universités sur la scène internationale.

 

Et le Ministre MARCOURT de conclure : « Nous cherchons, toutes et tous, en permanence, l’amélioration de l’enseignement supérieur et le fait de placer l’étudiant·e au cœur du système n’a jamais été, n’est pas et ne peut pas être préjudiciable à l’excellence de notre enseignement supérieur. L’enseignement universel, inclusif et moderne que nous souhaitons pour l’ensemble de nos étudiants est un enjeu démocratique essentiel, un vecteur d’émancipation pour nos jeunes, un rempart contre le populisme ambiant, un antidote à l’enseignement élitiste qui exclut et discrimine de manière arbitraire. Cet enseignement qui inclut est intimement lié à la qualité du savoir. L’avenir de notre société en dépend. Le décret validé ce jour par le Gouvernement est une pierre à l’édifice ».

Close