Menu

Les dernières Actualités
Mon dernier Tweet

Le #MR s’oppose à la motion conflit d’intérêt @ParlementF qui vise à défendre les intérêts francophones au #fédéralhttps://t.co/AL8xbMRgsP

Communiqué de presse

Le refinancement de l’Enseignement supérieur se concrétise

Le Gouvernement de la FWB a adopté ce matin, en troisième et dernière lecture, le projet de décret relatif au refinancement de l’enseignement supérieur. Celui-ci sera donc discuté au Parlement de la FWB dans les prochaines semaines.

Pour rappel, ce projet de décret prévoit un refinancement de 107,5 millions d’euros sur quatre ans, de 2016 à 2019, pour répondre au défi du définancement de l’enseignement supérieur en FWB, qui voit le financement par étudiant se réduire continuellement depuis plus de quinze ans.

Pour 2016, dix millions d’euros seront donc injectés dans les moyens de fonctionnement des universités et des hautes écoles, à hauteur de 75% pour les premières et de 25% pour les secondes. La répartition des tranches ultérieures du refinancement devra encore être définie. Les Écoles supérieures des arts ne sont pas oubliées, mais devront attendre l’année 2017 pour bénéficier de mesures liées au refinancement.

Ce projet de décret prévoit également plusieurs mécanismes afin de lutter contre la concurrence entre les universités pour l’accueil d’étudiants, notamment en augmentant la part fixe du financement des universités, en diminuant leur financement au-delà de certains seuils maximums d’étudiants accueillis, ou encore en instaurant un mécanisme de transition sur six ans permettant d’éviter que le nouveau système de financement ne pénalise certaines universités.

Le Ministre Marcourt se réjouit de ces avancées, attendues depuis de nombreuses années, et cruciales pour continuer à garantir la qualité et l’accessibilité des études supérieures, ainsi que l’excellence de notre recherche.

Et le Ministre de conclure : « le refinancement de l’enseignement supérieur devra se poursuivre au-delà de 2019, car le nombre d’étudiants qui entreprennent des études supérieures ne cesse de croître. Il en va de la vigueur de notre développement économique et social, et en définitive, de la prospérité de nos Régions. »

Close