Menu

Les dernières Actualités
Mon dernier Tweet

Le #MR s’oppose à la motion conflit d’intérêt @ParlementF qui vise à défendre les intérêts francophones au #fédéralhttps://t.co/AL8xbMRgsP

Communiqué de presse

Les étudiants en soins infirmiers ne peuvent être lésés

Le Ministre Jean-Claude Marcourt a tenu à réagir à la manifestion étudiante de ce mercredi.

Il a d’abord rappelé que c’est suite à une réflexion concertée avec l’ensemble des acteurs des soins de santé en Fédération Wallonie-Bruxelles qu’un décret a été adopté par le Parlement en date du 30 juin 2016. Ce décret transforme les études de bachelier en soins infirmiers en 180 crédits en un bachelier infirmier responsable de soins généraux en 240 crédits ; il s’agissait, d’une part,  d’être en conformité avec les exigences européennes et assurer la formation des étudiants à l’ensemble des nouvelles compétences attendues, et, d’autre part, d’assurer leur mobilité internationale. En effet, l’ancien cursus de 3 ans n’était pas reconnu au niveau international et n’offrait pas d’accès à la profession dans les autres pays européens.

Le décret avait prévu une période transitoire pour rencontrer les situations vécues par les étudiants engagés dans le cursus au moment du passage de 3 à 4 ans. Cette disposition, qui a été votée par le Parlement de la Communauté française il y a plus d’un an, avait été concertée avec l’ensemble des partenaires de l’enseignement supérieur, dont les hautes écoles qui étaient particulièrement demanderesses de limiter la coexistence des deux systèmes pendant une année maximum, pour des raisons tant organisationnelles que budgétaires.

Aujourd’hui, force est de constater que certaines hautes écoles ont parfaitement informé leurs étudiants et ont anticipé la transition. Le fait d’avoir pris les dispositions ad hoc font que les choses se passent tout à fait sereinement dans la grande majorité des établissements. D’autres hautes écoles ont peu anticipé les dispositions transitoires et ont, dans certains cas, diffusé des informations erronées à leurs étudiants. Le Ministre MARCOURT ne peut tolérer que les étudiants dans le cursus soins infirmiers soient pénalisés. Aussi, il a demandé  aux hautes écoles concernées qu’un inventaire des problèmes rencontrés soit dressé et que  des propositions de solutions concrètes lui soient formulées ; elles seront analysées en accord avec les commissaires du Gouvernement.

Et le Ministre de l’Enseignement supérieur de conclure : « Tout est mis en  œuvre pour qu’une solution juste et équitable soit  proposée à l’ensemble des étudiants concernés par les problèmes rencontrés au sein de leur parcours en soins infirmiers. »

Close