Menu

Les dernières Actualités
Mon dernier Tweet

Félicitation à #Spadel & ses travailleurs, entreprise innovante qui a réussi à s réinventer ces dernières années… https://t.co/eWinzcH2mt

Communiqué de presse

Vers une Smart Région en Wallonie

Le Gouvernement wallon a approuvé, ce jeudi 29 juin 2017, un portefeuille de 30 projets Wal-e-cities pour un montant de plus de 20 millions d’euros.

Soutenue par la stratégie numérique de la Wallonie, Digital Wallonia, mise en place par le Vice-Président du Gouvernement, Ministre de l’Economie, de l’Innovation et du Numérique, Jean-Claude MARCOURT, une dynamique « Smart cities » est en marche dans nos villes et communes à des degrés de maturité divers. Au niveau de la Wallonie, les différents projets s’inscrivent dans une vision et une dynamique de « smart région ».

Le Ministre a ainsi plaidé pour une approche fortement collaborative basée sur des synergies afin de favoriser le déploiement de projets d’une taille critique suffisante et d’éviter le développement de solutions fermées, répétitives et coûteuses. C’est ainsi que se positionne le portefeuille de projets « Wal-e-Cities » où la technologie est considérée comme étant un vecteur d’accès pour répondre aux défis des villes wallonnes en matières de mobilité, d’énergie, d’environnement, de gouvernance et de cadre de vie.

A la demande du Ministre de l’Economie et du Numérique, le Gouvernement wallon approuve ce jeudi 29 juin, un portefeuille de 30 projet Wal-e-cities pour un montant de plus de 20 millions d’euros.

Au travers du portefeuille, des outils technologiques seront développés. Ceux-ci s’appuient sur une infrastructure de rapatriement de données, matérialisée par le mobilier urbain et d’éclairage public. L’infrastructure utilisera des réseaux de télécommunications innovants (Light Sensory Network, réseaux bas débit) et existants (WiFi urbain, 4G …) pour faire le lien entre l’internet des objets et une communauté d’utilisateurs qu’ils soient citoyens, entreprises, opérateurs publics ou fournisseurs de solutions.

Jean-Claude MARCOURT tient à souligner les défis auxquels le concept de Smart région doit absolument répondre : « Avec la révolution technologique et numérique, nous sommes confrontés à des enjeux fondamentaux au niveau de l’énergie et l’environnement, la mobilité, la revitalisation et la redynamisation des centres-villes, le cadre de vie, la sécurisation des données et leur transmission, la connectivité. Le portefeuille de projets Wal-e-Cities financé à hauteur de 20 millions d’euros prévoit des développements technologiques, de nouvelles solutions, pour favoriser l’innovation au sein de toutes les strates de la Wallonie. »

Le portefeuille Wal-e-Cities est ainsi composé d’un projet technologique transversal et de quatre projets thématiques (Mobilité urbaine, Energie et environnement, Marché transparent d’échange de données au coeur de la gouvernance urbaine, Environnement urbain et bien-être du citoyen) directement liés aux besoins du citoyen.

Et le Ministre MARCOURT de préciser : « Les développements technologiques orientés ‘Smart région’ doivent prendre en compte les besoins du citoyen et replacer ce dernier au centre des décisions. »

De plus, un dernier projet transversal « Évaluation économique et transfert vers le tissu industriel wallon » (ECO) complète le portefeuille afin de faire directement profiter les entreprises wallonnes de ces avancées technologiques. Celui-ci est constitué d’activités liées à l’analyse des besoins, l’évolution technologique pour adapter la R&D et veiller au transfert technologique vers notre tissu économique. L’étude des nouveaux modes organisationnels, la création de nouveaux écosystèmes innovants et de nouveaux partenariats, ainsi qu’une analyse et un suivi économique permanent des projets assureront la transition numérique et faciliteront le développement d’une réelle économie « Smart City » en Wallonie.

À titre d’exemple, les expériences pilotes suivantes ont été identifiées. Celles-ci feront l’objet de nouvelles discussions au sein du groupe de travail spécifique et pourront évoluer en fonction de l’avancement des investissements faits par les villes et/ou des avancées de la recherche. C’est aussi la raison pour laquelle plusieurs démonstrateurs pourront être proposés aux différentes villes.

– Tournai:

Déploiement de mobiliers urbains connectés et services associés (fréquentation piétonne, redynamisation commerciale, information citoyenne) dans le cadre du projet « Plateforme multimodale 2.0 » (Digital Street) de la Ville de Tournai et réalisation d’une plateforme de hacking pour valider la sécurité des réseaux et des futurs objets connectés LPWA.

– Mons:

Objets connectés pour applications Smart Cities sur réseau bas débit (remplissage des poubelles, des bulles à verre et des conteneurs, qualité de l’air), points d’accès à des réseaux haut débit par LiFi pour des applications culturelles en lien avec la capitalisation de Mons 2015, études de cas en Smart Living.

– Charleroi:

Aide à la décision stratégique et à la gestion énergétique des bâtiments et réseaux de production de chaleur, aide à la circulation et aménagement urbain en vue d’une piétonnisation d’un centre-ville.

– Namur:

Communication citoyenne, information sur le trafic et aide à la circulation dans un contexte de travaux publics et de rénovation de centre-ville avec des chantiers itinérants.

– Liège:

Automatisation des systèmes de détection de fuites et récupération d’énergie sur le réseau de distribution d’eau, étude de la mobilité multimodale comme facteur clé du déploiement durable d’un quartier à vocation mixte.

– Verviers:

Analyse et conception de solutions technologiques viables basées sur la récupération énergétique des eaux pour alimenter en chaleur et en froid un écoquartier neuf.

 

Enfin, les projets reposent sur un large partenariat qui associe l’ensemble des acteurs de la recherche et du développement en Wallonie, spécialisés dans des domaines clés et en phase avec les objectifs du projet : les centres de recherche Multitel, Cetic, Cenaero et Sirris, les universités UMons, UNamur, ULg, UCL, et le Smart City Institute.

 

 

Close